Suivez-nous :

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Global Energy Transmission : le projet qui veut faire du rêve de Tesla une réalité

Il y a quelques semaines, les médias se sont faits l’écho d’une nouvelle que nous souhaitons aujourd’hui contribuer à diffuser via le blog : deux jeunes physiciens russes se disposent à construire la tour Wardenclyffe, plus connue sous le nom de tour Tesla, et à démontrer de la sorte que le grand scientifique avait raison, et que la transmission d’énergie sans fils – pratiquement gratuite et « propre » – à longue distance est possible.

Il y a quelques semaines, les médias se sont faits l’écho d’une nouvelle que nous souhaitons aujourd’hui contribuer à diffuser via le blog : deux jeunes physiciens russes se disposent à construire la tour Wardenclyffe, plus connue sous le nom de tour Tesla, et à démontrer de la sorte que le grand scientifique avait raison, et que la transmission d’énergie sans fils – pratiquement gratuite et « propre » –  à longue distance est possible.

 

Le projet inachevé d’un génie

Nikola Tesla fut un scientifique en avance sur son temps et auquel justice n’a été rendue que tardivement. Il nous a légué plus de 700 inventions. Certaines ont bouleversé le monde, comme le courant alternatif (CA), et il fut le précurseur de tous les réseaux sans fils. Le simple fait que c’est à lui que nous devons d’avoir l’électricité en ne faisant qu’appuyer sur un interrupteur devrait suffire à ce que nous saluions son talent exceptionnel.

La tour originale de Tesla.
La tour originale de Tesla.

Toutefois, il nous a légué une autre invention, le grand projet inachevé de sa vie qui, s’il est aujourd’hui accompli, pourrait modifier profondément la notre : la tour Tesla, autrement dit, un système sans câbles destiné à transmettre l’électricité proprement et à très peu de frais n’importe où sur Terre. Tesla n’a pas pu terminer ses recherches, mais il a très bien décrit les principes qui sous-tendent son idée. Aujourd’hui, presque cent ans après, Leonid Plekhanov et Sergey Plekhanov, deux physiciens russes, se sont mis en tête de renouer avec son rêve et de le réaliser au cours des prochains mois.

Image du prototype de la nouvelle tour Tesla.
Image du prototype de la nouvelle tour Tesla.

Qui sont SergeyPlekhanov et Leonid Plekhanov

Image provenant du site web d’Indiegoo.
Image provenant du site web d’Indiegoo.

Ils sont frères. Ils disent que les gens les appellent les « Bro » (les « brothers »). Ils sont nés dans la région de Krasnoyarsk, en Sibérie (Russie). Leonid Plekhanov est diplômé de la faculté de physique et électronique quantiques depuis 2005 et licencié en physique appliquée et mathématiques. Il est passionné par les projets qui visent à contribuer au développement de l’humanité et des technologies novatrices. C’est lui le fondateur et le leader du projet. Sergey Plekhanov, lui aussi diplômé en physique appliquée et mathématiques partage la passion de Leonid pour les projets novateurs. C’est lui le responsable scientifique du projet.

La campagne de « crowdfunding »

Après cinq ans de recherche théorique et appliquée, les deux scientifiques ont redessiné la tour Tesla en respectant les principes qui avaient présidé à sa construction tout en ayant recours à des matériaux modernes et à des composants électroniques de pointe. Avec le soutien de la fondation pour la Conservation du Legs de Tesla (qui a son siège en Serbie), ils ont présenté les résultats de leur travail auprès de l’Institut de Physique générale de l’Académie des Sciences russe, qui en a débattu. Ils affirment aujourd’hui que leur équipe est prête à construire la tour entre ce mois d’août et septembre.

Global-Energy-Transmission-4

Début juin, ils ont lancé, via le portail Internet Indiegogo, une campagne de « crowdfunding » intitulée Construisons un transmetteur d’énergie planétaire, campagne grâce à laquelle ils espéraient collecter les 800 000 dollars nécessaires au développement de toutes les étapes de leur projet. Les règles de ce portail accordent un délai maximal de deux mois pour qu’une campagne reste active, ce qui n’était sans doute pas un délai suffisant. À trois jours de la fin du délai (au moment où nous écrivons cet article), c’est à peine s’ils ont obtenu 10 % de la quantité demandée. Ce qui ne les a pas empêché de confirmer à travers leur profil Facebook qu’ils comptent bien se mettre à la construction de leur tour. Via ce réseau social, nous les avons contactés pour leur demander comment ils comptaient faire : ils nous ont répondu que leur projet ne sera pas interrompu et qu’ils chercheront d’autres moyens pour finir de le financer. Car, une fois la tour construite, c’est la phase d’obtention et d’évaluation des résultats qui commencera.

Le principe sur lequel s’appuie la tour, simplifié

L’humanité dispose d’ores et déjà d’une source inépuisable d’énergie : le soleil. De fait, la quantité d’énergie qu’absorbent les panneaux solaires actuellement installés dans les déserts serait déjà suffisante pour approvisionner à l’ensemble de la population mondiale si la technologie permettait de la « transporter » partout sur la planète.

 

Le système de transmission d’énergie qu’a imaginé Tesla utilise la surface du sol en guise de « câble » par lequel il est possible de transmettre de l’énergie électrique à de grandes distances. Il s’agit, autrement dit, « d’exploiter la conductivité de la Terre elle-même ».

Dès ses débuts, l’ingénierie électrique a su que la Terre était un conducteur mais elle ne savait pas comment transmettre de grandes quantités d’énergie à de grandes distances tout en restant efficiente. La tour Tesla résout le problème en couplant des tours comme s’il s’agissait de circuits de résonance,et sans nuire à l’environnement.

Malgré ce que d’aucuns pourraient penser, ce système ne présente aucun danger pour les êtres vivants : les courants électriques se « diluent » en se répartissant sur l’énorme superficie de la Terre, tant et si bien qu’ils sont à peine détectables. Par ailleurs, la perte d’énergie découlant de la transmission d’électricité d’un point de la Terre à ses antipodes serait de moins de 1 %.

Vous pouvez consulter une explication résumée de ce projet ici et les détails des principes sur lesquels la tour est fondée dans cet article.

La récupération du legs de Tesla

L’admiration des frères Plekhanov envers Nikola Tesla se concrétise par un objectif qui va au-delà de la construction de la tour : ils se proposent – s’ils parviennent à obtenir le financement nécessaire – de traduire et étudier tous les documents que le scientifique a laissé derrière lui (ses archives sont conservées au musée Tesla, en Serbie). En effet, même si cela semble incroyable, la plupart d’entre eux n’ont jamais été étudiés rigoureusement. Récupérer son legs, le mettre en valeur et, qui sait ? découvrir dans ses notes des connaissances importantes pour la science, est, de toute évidence, le meilleur hommage qui puisse lui être rendu.

L’image ci-dessous montre la « feuille de route » de Leonid et Sergey Plekhanov :

Global-Energy-Transmission-5